L’épître IV : La Suisse contre-attaque

Coucou,

J’ai lu le recueil de nouvelles « L’épître », quatrième opus de cette série qui permet à de jeunes auteurs Suisse de faire connaître leur plume. Le livre est composé de courtes nouvelles mais aussi de poèmes dont le thème récurrent est celui de la famille et du souvenir.

On y croise un homme qui marche dans les rues de Fribourg alors que les jeux de lumières du soleil couchant donne vie aux bâtiments, on partage les souvenirs d’un petit garçon qui part en voyage avec ses parents et qui, une fois adulte, s’aperçoit que l’on ne profite jamais assez des petits instants du quotidien car ils semblent anodins sur le moment mais finissent par se transformer en douloureuse mémoire, enfin, on se laisse conduire au coeur de la forêt aux côtés de d’un homme qui doit faire face à son passé pour se reconstruire.

La lecture est agréable, les nouvelles, très courtes, permettent à ceux qui ne désirent pas se plonger dans de longs romans de prendre plaisir à lire. Tous les auteurs se rejoignent sur un point, il y a de la poésie dans leur écriture, une certaine langueur, c’est doux et douloureux, comme une lenteur qui pousserait finalement le lecteur dans l’urgence de devoir profiter de l’instant présent.

Si j’ai vraiment apprécié la lecture des nouvelles, je dois avouer avoir eu plus de mal avec les poèmes qui ont plutôt eu tendance à me laisser de marbre.

Si vous souhaitez découvrir que vous ne trouverez pas ailleurs, il vous faudra, depuis la France, passer commande sur le site (mais les frais de port sont gratuits).

Ma phrase préférée :

« Une détonation qui a frappé de plein fouet nos vies, a tranché nos liens. Et à partir de là, nous n’étions plus que des chiens abattus, des ballons lâchés en plein vol, fuyant l’horizon. »

 

Laisser un commentaire